La station de ski Plateau d’Hauteville

Cascades & châteaux du Plateau d’Hauteville

Les cascades du Plateau d'Hauteville

  • charabotte_juin_2016

Cascade de la Charabotte

L’albarine, cours d’eau principal du val d’Hauteville, prend sa source à Brénod, descend du val d’Hauteville au Thiou par une cascade appelée « Charabotte ». Cette cascade comporte 3 sauts de 60, 40 et 15 mètres.

A environ 4km à la sortie d’Hauteville-Lompnes, en direction de Tenay

Cascade de Mélogne

En aval du trou de la marmite, et de chutes en chutes, le bief de Mélogne s’écoule en direction du Marais. Il longe les ruines de plusieurs « moulins » qui étaient en fait de petites scieries. Passé le hameau de Mélogne, le ruisseau se précipite en une délicieuse petite cascade, puis s’insinue dans une faille profonde et étroite. Des restes d’ouvrages en pierres de taille indique qu’à cet endroit un établissement utilisait la force motrice de l’eau pour ses activités.

> A l’entrée de Cormaranche en Bugey, prendre le chemin à droite après le pont en venant d’Hauteville-Lompnes, descendre puis prendre le chemin (accès libre)

Les châteaux

  • ©TourismeHautBugey_2019_MP (1)

Chateau d’Angeville

On ne connaît pas l’époque à laquelle le château fût édifié sur la motte qui domine Lompnes. Il était là pour veiller à l’intégrité du Comte de Savoie qui confondait sa limite ouest avec le diocèse de Genève.

Propriété des Ducs de Savoie, le château de Lompnes passe au XIIème siècle, à la faveur d’un mariage, aux sires de Beaujeu. Au cours des siècles, le château passe entre plusieurs acquéreurs. En 1912, la station climatique est en plein essor et un hôtelier de Vichy en fait l’acquisition. Pendant la guerre de 1914-1918, il est réquisitionné et, en 1917, la Croix Rouge Française en fait un sanatorium, puis en 1970, un centre de rééducation fonctionnelle, ce qui est toujours le cas actuellement.

> Le Château ne se visite pas de par son orientation médicale mais on peut toutefois se rendre au cœur de la terrasse, où se trouve un bassin carré avec un jet d’eau et, entre cour et terrasse, une fontaine avec son bac. Tous deux sont alimentés par l’étang d’Angeville.

 

Chateau de Champdor

Château de 14 pièces, achevé en 1743, il n’a jamais subi la moindre altération venant modifier son cachet.

Habité hier encore par une famille, il est devenu propriété communale en 1995. La tour, ajoutée en 1851, assure l’originalité de l’ensemble architectural et lui confère un aspect ludique grâce au chemin de ronde qui ceinture son dernier étage. L’observatoire, qui termine l’édifice, offre un point de vue exceptionnel sur l’ensemble de la région. La façade du château est restée intacte grâce aux parements de pierre blanche de Champdor, dont la qualité est reconnue dans le monde entier. Situé au milieu d’un parc de 16 000 m2, entouré d’un solide mur de clôture en pierre, il s’ouvre au couchant sur une grande allée bordée d’arbres centenaires dont la contemplation invite à la rêverie. Côté levant, le château est solidement gardé par une haute et élégante grille de fer forgé qui maintient la transparence du regard vers l’entrée principale. De ce même côté, se trouvent les dépendances et les écuries et, plus loin, l’ancien four banal. Le château comporte un pigeonnier de facture assez classique, mais dont l’intérêt reste celui d’avoir été autorisé par privilège royal. A proximité nord de la tour, on découvrira enfin la méridienne qui donne le midi solaire.

> Le Château ne se visite pas. Une exposition de peintures-sculptures a lieu toutes les années en Juillet-Août

Pour se repérer

Partager sur